Le temps d'une vie

Bienvenue dans mon imagination

mercredi 23 juin 2010

Entre deux, mon coeur balancera. Et nous trois, on s'aimera.

607249ac8efa9a6a5ffb057d2c22c3b8

Je crois que le ciel aura répondu à mes souhaits bien plus que nécessaire, pourquoi me torture t’ils ainsi les anges ? J’avais demandé des tas de choses, des tas de petits bonheurs et jusqu’à là je n’étais que très heureuse, mais voilà le verdict est tombé et je ne pourrai pas simplement m’accorder une total dépendance à mes vœux accordés, il me faut choisir.

Pour bien comprendre l’état des choses actuelles, il me faudrait narrer les événements des deux dernières semaines, je m’étais principalement arrêter à cette soirée grandiose sur la plage où nous avions pût nous libérer de nos complexes, notre timidité et nos peurs les plus secrètes, l’alcool aidant évidemment.

Nous venions donc de passer une merveilleuse soirée et nous étions là le lendemain à nous trainer comme de grosses loques fatigués, je devais pourtant aller bosser et ce fut Jules qui nous amena à la plage, gentiment puis nous quitta, surement pour finir sa nuit.

L’après midi fut longue, très longue et tandis qu’un gamin d’une dizaine d’année me faisait des misères, on m’appela, se moquant gentiment. Devant moi se trouvait un jeune homme d’une vingtaine d’années, agréable à regarder, sociable et gentil, il m’avait plu dès la première fois, lorsqu’il était venu me demander de garder sa serviette rose bonbon.

Ma surprise bien présente se transforma vite en ravissement et je ne su plus donner de la tête, puisque entre temps j’avais mes amis, mes cousins et évidemment sa présence à lui, mais bien vite la fatigue repris le dessus, je devins irascible, car entre temps une amie passa et eu un comportement pas très joli à voir et bien qu’habituellement ça ne m’aurai pas choqué, voir sa culotte blanche sur des jambes écartées sur mon lieu de boulot ma un peu, comme qui dirait blaser, surtout avec les gens de la mairie qui passe assez régulièrement, en civil ou même en habit.

Pour en revenir au jeune homme, il ne fut que patience et agréabilité tout au long des quelques heures suivantes, il ne se formalisa pas de mon caractère râleur et de ma fatigue croissante. Le plus beau, c’est qu’il est revenu deux trois fois après coup, m’envoyant des textos et m’appelant aussi souvent que possible, je lui plais c’est indéniable et quelque part c’est amplement réciproque, j’aime sa peau et ses baisers on quelque chose de doucereux.

Le souci, c’est qu’il n’est pas le seul à me plaire, ça aurait été trop simple, beaucoup trop. Entre deux, mon cœur balance. Samedi soir je suis sortie avec Jules, on devait aller en boite mais après coup on est finalement restés chez lui, un grand loft très agréable. On à regarder la tv, jouer de la guitare, discuter et immanquablement été sur le net. Je me sens bien avec lui, il est correct et nous n’avons pas retenté de nous embrasser, malgré tout.

Alors je ne sais pas, j’attends sans doute de voir avec lui, avec eux deux, l’évolution de notre relation même si, de ce que je vois la balance fait des hauts et des bas en faveur de l’un ou de l’autre. L’amour, de tout façon, ou ce qui s’en rapproche ce n’est jamais très facile à comprendre et quoiqu’on en dise, je n’y suis pas une experte, alors quoi ? Combien de temps vais-je devoir supporter que mon cœur balance violement son dévolu sur l’un ou sur l’autre, en fait ça j’en sais rien, peut être lorsque ma raison mettra son grain de sel dans l’histoire, en attendant heureusement que la présence féminine d’Abi est toujours présente, une compagnie autre que masculine pour une fois ça fait pas de mal. Et comme je ne peut compter sur d’autres amies…

Posté par Desyllusions à 12:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire